[ Vendredi 12 Juillet 2019 ]

Il est 16h00, nous quittons les bureaux d’AUDACE, direction le centre historique de Montpellier, pour une visite privée de l’Hôtel Richer de Belleval, joyau architectural du 17ème siècle en cours de réhabilitation.

Quelques minutes et granitas plus tard, nous arrivons en force sur notre lieu de rendez-vous : la Place de la Canourgue.

L’une des places les plus anciennes et les plus poétiques de Montpellier. Au bout du jardin de micocouliers trônent la Fontaine des Licornes et une vue imprenable sur la Cathédrale Saint-Pierre.

Sur la droite, l’Hôtel Richer de Belleval conserve dans sa pierre l’empreinte des différentes époques qu’il a traversées.

Source Marie-Caroline Lucat

A l’intérieur, une allée de colonnes nous invite à suivre le chemin vers la cour illuminée par le soleil de juillet… Je suis coupée dans mon élan. Les organisateurs nous annoncent le début de la visite ! Nous voilà donc en route pour une présentation historique et artistique du projet, parfaitement orchestrée par Juliana Stoppa et Numa Hambursin de la fondation HELENIS GGL et Denis Lefebvre, Directeur Délégué HELENIS.

C’est fin 2019 que l’Hôtel Richer de Belleval révèlera son nouveau visage au grand public. Il se composera de 3 structures : un restaurant gastronomique « Le Jardin des Sens » des frères Pourcel, un Hôtel Relais & Château de 20 chambres à thèmes et le siège de la fondation d’art HELENIS GGL.
L’esprit des lieux, fondateur du projet, accueillera le travail de 4 artistes contemporains (Abdelkader Benchamma, Jim Dine, Jan Fabre et Marlène Mocquet) en plus de l’espace d’exposition de la fondation.

Chaque artiste s’est déplacé pour s’imprégner du lieu et proposer des œuvres capables de le sublimer tout en continuité avec l’art du passé. Avec ses fresques anciennes rendues à leur état d’origine et magnifié par les œuvres d’art contemporain exceptionnelles, l’Hôtel Richer de Belleval offrira à ses visiteurs un voyage à travers le temps.

Philippe Prost, architecte en charge de la réhabilitation, a parfaitement compris l’enjeu de ce défi majeur : travailler le contemporain tout en conservant l’âme de l’ancien.

Toute la partie technique a été réalisée en amont, de manière à laisser le champ libre à L’Atelier de Ricou. Cet atelier, reconnu à l’international, s’occupe actuellement de la restauration des décors précieusement protégés durant la phase travaux… Nous avons d’ailleurs été admiratives de la minutie de leurs gestes !

Dans la première salle, le décor vouté des gypseries est le plus connu (rien à voir avec l’Egypte, ne faites pas comme moi à l’oral ça porte à confusion). Perchées sur leur échafaudage, « les mains de fées » s’activent à nettoyer la fresque avec une sorte de … gros coton tige (pardonnez mon manque de technicité, heureusement pour eux, je n’ai pas prévu de postuler à l’Atelier de Ricou…) pour ensuite recoller des feuilles d’or à l’aide de spatules chauffantes.

Denis, guide historique du jour (un peu comme notre Stéphane Bern), nous précise que la technique de restauration est différente en fonction des salles (qui deviendront les pièces de réception du « Jardin des Sens »). Je m’imagine déjà déguster les mets signés Pourcel… mais pour l’heure, nous continuons notre visite !

Dans les deux autres salles, de véritables pépites historiques ont été découvertes. Aujourd’hui, un immense trompe l’œil et un décor en voûte peint en camaïeu de bleu trônent au-dessus de nos têtes.

Tel un bouquet final, la visite se termine par la chambre témoin imaginée par Christian Collot, en charge de la décoration du lieu dans ses moindres détails… Toutes les Audacieuses se précipitent pour la découvrir ! En dernière de file, mon impatience s’accentue au fil des « Waouw ! », « Magnifique ! », « J’adore ! » « Oh la Vuuuuue ! » « C’est bon, je veux vivre ici ! » … Mon attente aura été largement récompensée, quand j’ai enfin pu entrer … Chuuuuuuuut ! C’est un secret !

C’est donc sur cette note audacieusement mystérieuse que je vous donne rendez-vous à la fin de l’année pour découvrir ce nouveau lieu unique de la vie Montpelliéraine dans lequel raisonnent mémoire et création…

Pssst, ça pourrait vous plaire...

Achat d’un logement neuf : Les garanties VEFA

Au risque de vous surprendre, acheter une maison ou un appartement sur plan est beaucoup moins aventureux qu’on pourrait le croire.

S’en sortir sans sortir 2/2

Ce n’est pas parce qu’on est confinées, qu’on va s’ennuyer ! Non mais !

Suivez-nous !

#LaChroniqueDesAudacieuses